Accueil > Actualités > Localease - le courtage en financement automobile > Interview Thomas Jacsont Localease - Le concept de LLD automobile
< Retour
Toutes les actus En savoir plus
Apport personnel :
9 500 €
Investissement total :
9 500 €
Catégories :
Commercial B2C

Interview Thomas Jacsont Localease - Le concept de LLD automobile

02 mars 2017 |
Interview Thomas Jacsont Localease - Le concept de LLD automobile

Thomas, quelles activités exerciez-vous avant d’ouvrir votre concept ?


Je suis un professionnel du monde automobile en tant que commercial, et j’ai travaillé pour plusieurs marques : Opel, Kia, Seat et Audi jusqu’à 2014.
Après 6 ans en tant que salarié, je décide alors de créer Localease.

 

Quel a été le déclic ?


Dans la vente automobile, j’ai découvert que j’aimait surtout vendre du financement, et je trouvais que le marché du leasing était opaque et difficile à appréhender pour le client final ; d’où l’idée de créer Localease, afin de faciliter la démarche pour nos clients.

 

Quand avez-vous lancé votre enseigne ?


En septembre 2014, je lance Localease avec une volonté de proposer une offre claire, simple, qui soit compétitive pour nos clients, tout en respectant certains principes qui me sont chers : l’intégrité, la loyauté, l’homme au cœur de la relation, et l’implication dans ce que l’on entreprend.

 

Pourriez-vous nous décrire votre concept ?


Connaissez-vous le principe du courtier en crédit immobilier qui va vous chercher le meilleur taux pour l’achat de votre maison ?

Eh bien, nous avons appliqué ce principe à l’automobile, et spécifiquement à la location longue durée de véhicules.
Donc nous proposons principalement à une clientèle de chefs d’entreprise, d’artisan et de commerçants (mais aussi des particuliers) le véhicule de leur rêve en location longue durée.
Pas de surprise pour le client donc, qui paie un loyer, tenant compte d’un kilométrage annuel et d’une durée.

 

Quels sont les points forts de votre concept par rapport à la concurrence ?


– En général, nous essayons de proposer l’offre la moins chère du marché.
– Un autre de nos points forts Localease est la réactivité, puisque nous sommes en mesure de faire une offre dans l’instant à un prospect, en fonction de ses spécificités (type de véhicule, kilométrage annuel, date de renouvellement, et toutes autres prestations, comme l’assurance, l’entretien, les pneumatiques, etc.).

Autre point fort et non des moindres, notre métier est un métier de réseau, qui privilégie le contact humain et la présence terrain pour rencontrer nos clients et réfléchir avec eux à l’offre la mieux adaptée à leurs besoins.

 

En tant que gérant, quel est le déroulement d’une journée type ?


Je suis moins sur le terrain aujourd’hui, donc je vais vous donner une de mes journée type de dirigeant de Localease.

J’arrive, je traite mes mails, je fais un point avec les vendeurs sur les affaires en cours, puis je me pose sur les aspects administratifs et en particulier sur les livraisons à venir.

L’après-midi je me consacre à mon propre portefeuille client et à mes offres, puis je fais un nouveau point avec mes commerciaux. Des contacts très fréquents ont lieu également avec les concessionnaires Localease sur leurs dossiers en cours. Je traite aussi les dossiers un peu épineux qui nécessitent mon intervention.

 

Pourquoi avoir choisi de vous lancer en commerce organisé ?


– D’abord parce que le développement en réseaux d’indépendants m’apparaît comme un canal de développement plus rapide et à moindre coût qu’un développement en créant son propre réseau d’agences intégrées.
– Je suis par ailleurs convaincu qu’un patron de sa propre agence sera plus investi qu’un salarié : ce qui apparaît souvent comme un plus concurrentiel pour nos clients.
– Enfin, pour être plus intéressants sur nos loyers, il nous faut du volume, qui nous sera apporté par le développement de notre réseau ; ceci est une des conditions à terme, pour demeurer un acteur crédible et performant sur ce marché.


Avant de lancer son réseau d’indépendants, il y a un travail en amont à faire sur la faisabilité d’un développement en franchise. Vous avez travaillé avec FRAMBOISE, que vous a apporté le travail de modélisation entrepris avec Framboise ?


Le regard extérieur sur son modèle de développement est essentiel car on est obligé de s’extraire du quotidien pour penser voire repenser certains aspects de son organisation. Benoît Chauveau le consultant Framboise qui m’accompagne m’a ainsi permis de me poser les bonnes questions et d’y apporter des bonnes réponses.

Par exemple, j’ai été amené à me reposer la question de comment était construit le modèle économique Localease, et de repenser les différents ressorts de mon activité. Cela m’a aussi amené à améliorer plusieurs nos process en interne, voire d’en repenser certains intégralement.

 

Quel est la durée et le contenu de la formation initiale que vous apportez ?


5 jours de formation au siège et 2 jours en immersion terrain chez le concessionnaire

 

Sur quels points insistez vous particulièrement au cours de cette formation ?


Sur le fait que toute affaire, même mauvaise en terme de marge en particulier est bonne à prendre, et que ce sont ces mauvaises affaires, qui dans le futur, nous permettront d’en faire des bonnes. D ‘ailleurs j’insiste toujours beaucoup sur le fait que le volume est plus rémunérateur que la marge.

L’autre point fort est la reconnaissance de notre professionnalisme qui est le meilleur vecteur de la recommandation : je passe d’ailleurs beaucoup de temps en formation à rappeler cette évidence : il faut se faire connaître et reconnaître pour que la recommandation fonctionne : même un client qui ne signe pas chez nous, doit être convaincu que le concessionnaire Localease a été un bon interlocuteur qu’on ne manquera pas de re-solliciter lorsqu’une prochaine affaire sera à traiter, ou encore qu’on pourra recommander à son entourage.

 

Quel est le coût d’investissement pour votre concept ?


Nous avons valorisé à 14.900 € les services initiaux que nous apportons à nos futurs concessionnaires.
Cependant, afin d’offrir une prime aux premiers concessionnaire qui nous nous font confiance, ce ticket d’entrée dans notre réseau a été ramené à 9.500 € pour les 3 1ers.

 

Quel est l’apport personnel nécessaire pour un franchisé ?


Dans le cas où le candidat bénéficie de l’Acre, il faut au moins avoir un tiers de la somme disponible et compléter par un prêt.

Dans les autres cas, il faut prévoir un fond de roulement qui va dépendre des besoins financiers du dirigeant pendant les 1ers mois de prospection.
En moyenne, il faut attendre 6 mois avant de toucher ses 1ères commissions, car nous vendons des véhicules premium pour la plupart, qui nécessitent des délais de fabrication, de quelques semaines à plus de 6 mois pour certains.

 

Quel est le profil des candidats recherchés ?


Un homme de terrain et de réseau qui n’a pas peur de prospecter, qui a un véritable amour pour son client et qui a envie de se lancer dans une aventure professionnelle et humaine.

 

A quoi s’engagent les membres du réseau vis à vis de l’enseigne ?


Parmi les points essentiels, je dirais :

Respecter notre charte de qualité et d’éthique
Faire remonter l’ensemble des infos du marché sur lequel il prospecte afin d’améliorer et de perfectionner nos process et nos offres
Garder un esprit positif qui nous permet à tous d’avancer.

 

Quels conseils donneriez-vous à un candidat à la franchise avant qu’il ne choisissent telle ou telle enseigne (tous secteur d’activités confondus) ?


Se poser la question sur ce qu’il veut lui vraiment, ce qu’il recherche et ce qu’il attend de son futur métier. Mais aussi se poser les bonnes questions sur ses objectifs de vie, au delà du métier, nouveau ou pas, qu’il envisage de faire.