Accueil > Franchise faible apport: ouvrir votre magasin alimentaire en devenant gérant mandataire non salarié
< Retour

Franchise faible apport

Franchise sans apport ou demandant un faible apport personnel

 

 

Comment devenir franchisé sans apport ?

Difficile en effet de monter son projet sans apport personnel. Il existe cependant des franchises qui permettent de se lancer avec un faible niveau d’investissement. Il existe également des statuts qui permettent de se positionner sur des concepts sans apports, compme c’est le cas par exemple de la gérance mandataire non salariée, ou de la location gérance…

Découvrez ici comment ouvrir une franchise sans apport ou se lancer avec un faible apport personnel.

 

Franchise faible apport: ouvrir votre magasin alimentaire en devenant gérant mandataire non salarié


 

 

Franchise faible apport – Avec peu ou pas d’apport, on peut quand même, sous certaines conditions, monter son entreprise en franchise. Etat des lieux…

 

 

 

 

 

Franchise faible apport: le statut de gérant mandataire non salarié: une piste à explorer

 

 

Comment devenir franchisé sans apport ? Difficile en effet de monter son projet sans apport: un statut permet cependant sous certaines conditions de se lancer: le statut adopté par les enseignes alimentaires comme les enseignes du groupe Casino. Le parc de magasins existants en propre au sein d’un groupe comme Casino Proximité permet de proposer plusieurs formules d’accompagnement dans le cadre du montage du projet financier. Le statut de gérant mandataire non salarié en est une, parmi quelques autres présentées ici.

 

Franchise faible apport: Le cas des contrats de gérant mandataire non salarié

 

 

Le pré-recquis est évidemment dans ce cas d’être un professionnel de l’alimentaire…

Pour comprendre en quoi consiste ce statut de gérant mandataire non salarié, Cliquez ici pour en savoir plus…

contrat-gérant-mandataire

Franchise faible apport: l’entrée au capital du franchisé

 

Mais d’autres solutions sont également envisageables. Ainsi, certaines enseignes ne font pas de l’apport un critère déterminant, pourvu que le candidat corresponde parfaitement au profil (rare) qu’ils recherchent. Ainsi, dans certains cas, un candidat ayant un apport insuffisant pour ouvrir un magasin se verra proposer une entrée au capital du franchiseur, ceci afin de lui permettre de compléter son apport et de pouvoir ainsi lever les fonds nécessaire. Plus les projets nécessitent de gros apports en capital, plus les enseignes peuvent être enclines à proposer cette solution pour faciliter le développement de leur réseau. Cette opération n’est cependant pas la règle commune et n’est proposée qu’aux « bons candidats ».

 

Définition d’un bon candidat à la franchise

 

Qu’est ce qu’un un bon candidat en franchise alimentaire par exemple ? C’est quelqu’un du métier ou d’un métier proche qui a eu à gérer les contraintes proches d’un épicier : par exemple, un gérant de station service va faire un bon candidat pour une enseigne alimentaire car il a eu à gérer des stocks de produits périssables, et des rayons frais en particulier. A fortiori, un directeur de supermarché fera un bon candidat à la reprise ou l’ouverture d’un supermarché.

 

Un cas concret…

 

Prenons donc un exemple sur ce sujet de la franchise faible apport; un candidat, directeur de supermarché, postule dans une enseigne alimentaire de proximité. Il a un apport de 150 k€, et le projet nécessite un emprunt de 400 k€. Le financier est prêt à financer sous réserve d’un apport de 200 k€. Le franchiseur va entrer au capital de la société à créer à hauteur de 50 k€ afin de compléter l’apport. Pour le financier, c’est également un signal très rassurant puisque l’enseigne s’engage financièrement aux côtés du franchisé, montrant ainsi la confiance qu’elle a dans son candidat.

Dans certains cas d’ailleurs, il n’y a pas de choix possible et certaines enseignes imposent leur présence dans le capital du franchisé. C’est par exemple le cas des enseignes de proximité Carrefour, à la différence des enseignes du groupe Casino où la volonté du franchiseur est de redonner le plus rapidement possible sa totale indépendance au franchisé par une sortie progressive et programmée du capital.